Les experts du PJGN arrivent à Cergy-Pontoise

Les nouveaux locaux du PJGN © CACP L. Pagès

La construction du Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale (PJGN) vient de s’achever dans le quartier Lange. Ces locaux neufs, d’une surface de 27 000 m², regroupent bureaux et laboratoires qui accueilleront bientôt plusieurs centaines de scientifiques.  Cette implantation va permettre la création de nouvelles synergies avec l’enseignement supérieur et contribuer au rayonnement et à l’attractivité de l’agglomération.

Le Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale regroupe les activités de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN), sur 13 000 m², et du Service central de renseignement criminel (ex STRJD). L’IRCGN couvre une quarantaine de domaines d’expertise, de la balistique à l’informatique, des explosifs à la microanalyse, de la toxicologie à l’entomologie. Chaque année, il traite plus de 100 000 dossiers. Le Service central de renseignement criminel quant à lui centralise et exploite l’ensemble de l’information judiciaire collectée par les unités de terrain. Il dispose également d’un centre spécialisé dans la lutte contre la cybercriminalité et comporte une unité dédiée aux sciences comportementales. 

 

Une vitrine technologique et ultramoderne

Les nouvelles installations du Pôle judiciaire ont été conçues en grande partie par leurs futurs utilisateurs, soit 560 personnels, militaires et civils, dont près de 300 scientifiques. Ces derniers rejoindront progressivement, entre février et juin, leurs nouveaux bureaux, conçus selon les normes HQE et BBC, et laboratoires.

Les architectes de Groupe-6, qui ont assuré la maîtrise d’œuvre, ont concilié pour cette réalisation une double exigence : préserver la sécurité des locaux et la confidentialité du travail tout en favorisant les échanges d’informations essentiels à cette activité. « Nous avons la conviction que nous allons gagner en qualité, indique le Colonel Bruno Vanden-Berghe, commandant adjoint du Pôle judiciaire. Il précise les raisons de cet emplacement : Cergy-Pontoise a été retenu car il existait un terrain militaire (ex caserne Bossut) à reconvertir, parce que Cergy-Pontoise constitue à la fois un pôle industriel, scientifique et technique riche et intéressant et bénéficie d'une très bonne accessibilité et d'une proximité à un aéroport international ».

 

Des synergies avec l’enseignement supérieur

L’implantation des laboratoires scientifiques de la gendarmerie nationale à Cergy-Pontoise va assurément créer des passerelles entre le Pôle judiciaire et les écoles d’enseignement supérieur du territoire. Ce dernier entretient une activité de recherche et de développement appliquée à la criminalistique, dont certains programmes sont déjà engagés en collaboration avec l’université de Cergy-Pontoise. 

François Germinet, président de l’université de Cergy-Pontoise, précise que « l'arrivée du PJGN va permettre de développer un pôle de formation et de recherche dans le domaines des sciences criminelles sur le territoire de Cergy-Pontoise, en lien direct avec notre expertise en sciences expérimentales, informatique et droit, et à très forte visibilité internationale. »

Pour Dominique Lefebvre, président de la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise et député du Val d’Oise, « cette implantation et les nouvelles synergies qu’elle va générer vont renforcer l’éco-système cergypontain et aussi conforter le positionnement économique de l’agglomération, qui compte déjà plusieurs entreprises dans le domaine de la sécurité et de la défense (Sagem, 3M …). »

 

  

© ADC F. Balsamo, O. Pezeyre - BRC E. Louchouarn - CACP L. Pagès

 

logo-cergy-fond-blanc